Programme Apollo: mise à jour des expériences laissées sur la lune

Les appareils utilisés pour mesurer la distance Terre-Lune, laissés sur notre satellite par les missions Apollo, pourraient bientôt être mis à jour et améliorés pour permettre de nouvelles études.

L'une des premières expériences scientifiques déposées sur le sol lunaire pourrait vivre une seconde jeunesse dans les futurs programmes de la NASA: Doug Currie (Département de physique de l'Université du Maryland), qui en 1969 a aidé à concevoir l'expérience de mesure laser lunaire laissée sur notre satellite des équipages d'Apollo 11, 14 et 15, développe une version encore plus précise de ces instruments, qui pourraient arriver sur la Lune avec les missions Artemis.

Miroir réfléchi. Le Lunar Laser Ranging est un ensemble de rétroflecteurs, c'est-à-dire des objets réfléchissants qui envoient le faisceau laser envoyé d'une certaine distance vers la source. Les trois laissés par les missions Apollo sur la Lune reflètent les impulsions laser envoyées de la Terre à leur point d'origine, permettant - en calculant le temps d'aller-retour du signal - de mesurer avec précision la distance Terre-Lune.

Ces miroirs (flanqués les deux années suivantes de deux autres petits panneaux soviétiques) ont fonctionné comme prévu et ont permis d'établir que la Lune orbite en moyenne à 385 000,6 km de nous et qu'elle s'éloigne de la Terre à une vitesse de 3,8. centimètres par an. Le système a permis de découvrir que la Lune a un noyau fluide et a permis des mesures précises de l'orbite lunaire au point de pouvoir dater avec une extrême précision toutes les éclipses qui se sont produites depuis 3400 ans maintenant.

Des renforts arrivent! Currie a maintenant proposé un projet pour mettre à jour l'expérience: les panneaux des rétroréflecteurs lunaires de nouvelle génération (NGLR) devraient être 100 fois plus précis que ceux d'il y a 50 ans, et en plus grand nombre. L'idée est d'en ajouter trois au réseau existant, pour permettre un saut qualitatif dans les mesures.

Le projet fait partie d'un ensemble de 12 unités approuvées par la NASA pour les services commerciaux de charge utile lunaire (CLPS), c'est-à-dire l'ensemble de la charge scientifique qui devrait ouvrir la voie aux astronautes en mission Artemis. Ils n'ont pas encore été inclus dans la liste officielle des chargements des premières missions robotiques qui toucheront le sol lunaire - mais ils pourraient finir bientôt, grâce au faible poids des panneaux et à leur importance scientifique.

Articles Connexes